Découvrez dans quelle mesure la distance sociale est un facteur clé du langage non-verbal. Prenez conscience de ces codes secrets. Ainsi vous pourrez améliorer votre communication avec les autres.

Saviez-vous que le territoire vital d’un mâle guépard s’étend à plus de 11 kilomètres à la ronde ? Et plus de la moitié de son temps, il le passe dans un rayon de 5 kilomètres.

De même que les animaux sauvages, l’Homme crée des zones autour de lui. Il a tout autant besoin d’avoir un territoire personnel.

Envahir l’espace

Notre corps ne se limite pas à notre peau. Chacun avons une sorte de bulle de protection. En fait, c’est un espace invisible où s’étend notre zone émotionnelle.

Si vous n’êtes pas convaincu, remémorez-vous les dernières fois où vous avez été contraints d’avoir quelqu’un à côté de vous. Par exemple dans les transports en commun ou dans un ascenseur. Rappelez-vous vos sensations.

Vous n’avez pas forcément eu envie d’avoir une certaine proximité. Vous avez peut être ressenti ceci comme une intrusion dans votre espace personnel.

Et c’est tout à fait légitime de penser ainsi. Vous pouvez autant ressentir une offense qu’une frustration.

Comprenons quelles sont les zones d’influence pour mieux cerner.

Décoder la distance émotionnelle

La distance et zones sociales

• La zone intime

Vous n’avez qu’à tendre votre bras pour cerner la distance.

Du corps à corps jusqu’à environ 50 centimètres, il y a une implication physique très forte. En effet, cette courte distance implique un échange sensoriel élevé.

Vous pouvez sentir le rythme de la respiration, la chaleur du corps et l’odeur corporelle d’une autre personne.

C’est votre territoire le plus intime que vous tentez toujours de protéger. Pour ces motifs, vous réservez cette zone à votre conjoint, vos enfants, votre famille, des amis très proches ou encore votre animal de compagnie.

• La zone personnelle

De 50 centimètres à 1,20 mètre, la distance reste étroite mais plus formelle. C’est une zone d’intimité où l’on se sent à l’aise pour témoigner son affection en public. Ou tout simplement échanger avec quelqu’un.

Dans ce cas, l’échange sensoriel est moins élevé. Néanmoins, les traits du visage restent clairement apparents et perceptibles en détails.

• La zone sociale

De 1,20 mètre à 3 mètres, la distance est propice aux relations de travail ou inconnus.

A ce stade, il y a peu d’influence sensorielle en interagissant avec une autre personne. Seul le contact visuel reste présent.

• La zone publique

A plus de 3 mètres, il y a comme un fossé entre vous et autrui. Généralement, cette distance s’établit en prise de parole devant un groupe.

A ce niveau, il n’y a pas d’implication émotionnelle. Le contact visuel devient imprécis. Vous devez soutenir la voix pour vous faire entendre.

Les variations de distance selon le contexte

→ Selon la culture d’une personne, certains privilégient la proximité alors que d’autres ont plus tendance à garder leur distance. Il faut alors trouver le bon compromis.

→ Plus le statut social est élevé, plus certains ont tendance à rester à l’écart. Cette attitude peut brouiller le rapport humain. Il existe une hiérarchie mais elle est inventée par l’Homme pour l’Homme… N’oublions pas : nous demeurons tous égaux malgré les étiquettes.

→ D’une manière générale, les personnes préférant vivre en milieu rural ont besoin de plus d’espace. Contrairement à ceux étant adeptes à un environnement urbain : ils ont l’habitude d’être près les uns des autres. La proximité leur pose moins de problème.

Un exercice pour ressentir votre propre distance émotionnelle

Sollicitez un de vos proches pour faire cet entraînement.

Demandez à cette personne de se mettre à plus de 3 mètres de vous. Dans l’idéal commencez à 5 mètres. La personne ne doit pas parler au risque de fausser l’expérience.

Fermez les yeux. Ressentez ce qui vous traverse. Prenez le temps qu’il faut. Seulement quand vous lui en donnez l’ordre, cette personne doit avancer d’un pas.

Ressentez profondément sa présence à mesure qu’il s’approche. Le but est que vous arriviez à ressentir votre champ émotionnel. Et parallèlement, celui de l’autre.

Pour finir, partagez votre expérience en commentaire !

Cliquez ici pour continuer le Défi des 30 jours.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.