Existe t-il des émotions universelles et sont-elles reconnaissable par tous ? Beaucoup de chercheurs et humanistes se sont posés la question et ont donc expérimenté pour en savoir plus.

Avec le temps, nous savons que l’expression des émotions dépends en partie de la culture et dans le milieu dans lequel nous avons évolué.

Nous allons voir qu’il y a tout de même certaines expressions qui restent très similaires, et ce malgré la diversité culturelle.

Il faut se rappeler que l’émotion suscite 4 réactions communes à tous :

D’abord un réflexe physiologique : évolution des sensations dans le corps, le rythme cardiaque, la transpiration…Etc

Ensuite l’émotion crée un automatisme d’ordre cognitif : le cerveau réagit aux variations et y répond par la pensée. Celle-ci étant influencée par un système de croyance, forgé à partir des expériences et de l’éducation.

→ De plus elle se répercute par une réaction en actes : ils constituent un mécanisme de défense de la personnalité.

Enfin l’émotion suscite mécaniquement l’emploie du langage verbal et non-verbal : l’intonation, la posture, les gestes et micro-expressions du visage.

Un travail de recherches

• L’expression d’émotions universelles selon Darwin

D’abord au XIXème siècle, c’est un naturaliste nommé Charles Darwin qui publia une étude à propos des animaux et de l’Homme.

Celui-ci observa plus d’une centaine d’émotions et a réussi à déterminé 6 groupes d’émotions primaires. Celles-ci étant valable autant pour les animaux que les êtres humains.

Il recensa : la peur, la joie, le dégoût, la colère, la surprise et la tristesse.

Pour Darwin, deux points sont fondamentaux :

Les émotions sont universelles : on peut les remarquer dans chaque pays et ce peu importe la culture.

Les émotions sont adaptatives : elles auraient participé et favorisé à la survie de l’espèce humaine ou animale. Comment est-ce possible ? En permettant aux individus de communiquer entre eux pour répondre aux exigences de leur environnement.

• Pour approfondir l’étude des émotions primaires

Ensuite dans les années 60′, un psychologue et anthropologue du nom de Paul Ekman explora davantage la thèse que les émotions seraient universelles et communes à tous.

Afin d’en savoir plus, Ekman a rendu visite à des habitants isolés en Nouvelle-Guinée. Ceux-ci n’avaient pas connaissance des autres pays et cultures. C’était la première fois qu’ils rencontraient un étranger.

Pour son expérience, le psychologue a demandé à des Guinéens de quoi ils auraient l’air si :

1. Des amis leurs rendent visite.
2. Son enfant vient juste de mourir.
3. Il s’apprête à se battre.
4. Il vient de marcher sur un cochon mort qui dégage une mauvaise odeur.

Les réponses en images, juste ci-dessous :

Les émotions universelles : Langage Non-Verbal

Ekman s’est finalement rendu compte que :

Quelque soit la culture, tout le monde peut reconnaître les expressions d’un étranger. Mais aussi être capable d’associer avec justesse une image correspondante à l’émotion vécue en question.

Tout un système pour classifier les émotions universelles

Quelques années plus tard, en 1978, Paul Ekman et Wallace Friesen ont élaboré une méthode nommée le FACS ou plutôt “Facial Action Coding System”. Traduit en français par : Système de Codification des Mouvements Faciaux.

Pour fonctionner, ce système se base sur 46 unités d’action. C’est-à-dire 46 zones où se produisent des contractions et relâchement des muscles du visage.

Grâce à cette méthode, ils regroupèrent 8 émotions primaires comme indiquées ci-dessous :

Les émotions universelles : Langage Non-Verbal

Cette méthode a largement fait ses preuves. D’ailleurs elle est encore beaucoup utilisée dans les domaines de la Recherche et de la Justice.

Les micros-expressions sont très utiles pour nous, décodeurs du non-verbal, car elles indiquent que notre interlocuteur tente de cacher quelque chose.

En effet, tout ce qui n’est pas accepté et vécu en conscience, est retranscrit par le corps en gestes et expressions.

Votre corps vous trahit mais BONNE NOUVELLE : il en est de même pour tout le monde.

→ Prenez donc un temps d’avance en portant davantage d’attention sur les expressions faciles. Ainsi vous serez plus à même d’ajuster la conversation en fonction des ressentis non-dits de votre interlocuteur. Mais aussi pour instaurer un climat de confiance, et de sécurité avec l’autre personne.

Partagez votre expérience en commentaire juste ci-dessous !

Cliquez ici pour continuer le Défi des 30 Jours.


Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.